Web Side Storie

Quelques réflexions sur la retraite

GUY DERIDET

Nous sommes noyés depuis quelques semaines sous les explications les plus contradictoires et les moins compréhensibles concernant ce qui attend les futurs retraités

Mon opinion sur ce sujet, en qualité de retraité de la fonction publique d'État, qui a travaillé 34 ans dans la comptabilité publique en qualité d'agent comptable au sein de l'Éducation Nationale

Quels que soient les discours que vous entendez, sachez que le principal objectif d'une réforme des retraites, c'est de faire économiser de l'argent à l'État.

Le problème est simple : la population française vieillit, nous vivons de plus en plus vieux. Mais pas nécessairement en meilleure santé puisque l'espérance de vie en bonne santé et de 62 ans, à comparer aux 80 ans de l'espérance de vie classique. il y aura donc de plus en plus de retraités et de moins en moins d'actifs. Cela fait quand même presque 20 ans de différence !

Il faut aussi nuancer car la retraite par répartition, qui est le système que nous utilisons en France, n'est pas un assistanat comme aimeraient le laisser croire certains, mais repose sur des cotisations, tout au long de la période d'activité. Dans ces conditions, si nous cotisons toute notre vie active pour notre retraite, nous avons droit à une retraite. Ce n'est pas un cadeau octroyé par le gouvernement, c'est un droit. En contrepartie, l'État est évidemment en droit d'augmenter le montant de ces cotisations en fonction du déséquilibre précité. vous aurez noté que cette possibilité n'est jamais évoquée par le gouvernement. Cette raison est évidente : cela entraînerait une diminution des ressources des retraités, donc une diminution de leur consommation, donc une diminution de la croissance, donc une diminution des ressources de l'État !

Si on allonge l'âge de mise à la retraite, le gros problème et qu'il y a très peu d'emplois possibles, à part certaine sinécures pour les plus favorisés, pour les gens "normaux" au-delà de 50-55 ans. De plus, un salarié de plus de 50 à 55 ans coûte plus cher à son employeur qu'un employé débutant

En conséquence toute augmentation de l'âge de départ à la retraite qui ne s'accompagnerait pas d'une prise en charge des salariés de plus de 50-55 ans aura pour conséquence d'augmenter notablement le nombre de chômeurs, qui à l'évidence n'en n'a pas besoin. Bien que le projet du gouvernement ne soit pas encore très clair, il semble bien que cette préoccupation ne fait pas partie des priorités du gouvernement.

Le projet de retraite repose sur un système des points. Je rappelle que l'ancien système reposait sur le nombre d'années travaillées et le montant du salaire perçu avant la mise à la retraite.

La pierre d'achoppement de ce système sera la valeur du point. Malheureusement, le rapporteur du projet n'est pas capable de nous dire quelle sera la valeur de ce point. Donc, les futurs retraités, contrairement aux anciens retraités, sont dans l'incapacité de savoir quel sera le montant de leur retraite.

Plus grave encore, sur les questions que pose le système basé sur des points de retraite : il suffit de regarder le comportement des différents gouvernements aussi bien de gauche que deux droites au sujet du point qui sert de référence à la rémunération des fonctionnaires. Ce point n'a pas été modifié depuis plus de 10 ans ! Ce qui signifie concrètement que les fonctionnaires n'ont pas été augmentés depuis plus de 10 ans. Je ne connais pas beaucoup de secteurs privés de l'emploi en France qui supporteraient aussi longtemps un tel blocage.

Par ailleurs, les retraites étaient auparavant indexées sur le coût de la vie : le coût de la vie augmente tous les ans, si le point d'indice de rémunération n'augmente pas en conséquence, il s'ensuit automatiquement une perte du pouvoir d'achat des retraités. L'ensemble des retraites ne sont plus indexées, sauf les retraites inférieures à 2000 € par mois.

il s'agit là d'une spoliation caractérisée qui représente des milliards d'économies pour l'État et une perte sensible du pouvoir d'achat pour les retraités

Au final il ne fait aucun doute que ce gouvernement et les suivants n'hésiteront pas une seconde à manipuler le point de retraite en fonction de l'intérêt de l'État, et non de l'intérêt des retraités.

Le comité d'organisation des retraites (C.O.R) organisme désormais appartenant à l'État a prévu que le nouveau système de retraite aboutira à une baisse de la retraite pour les futurs retraités évaluée entre 20 et 30 % !

Je rappelle que le montant de la retraite, même dans l'ancien système, n'était jamais égal au montant du dernier salaire. Quand j'ai pris ma retraite en 2007, c'était 80 % avec une retraite complète, après 38.5 ans de service. C'était le maximum possible, et tout le monde ne pouvait y prétendre. Si vous enlevez encore 20 à 30 %, cela veut dire qu'en prenant votre retraite, votre niveau de vie sera divisé grosso-modo par 2 ! Je vous laisse réfléchir là-dessus.

Quelques réflexions sur la retraite




Guy DERIDET, Rock Bay, 29691 Manilva, Andalousie