Web Side Storie

Prix des carburants, ou comment, encore une fois Macron se fiche de nous dans les grandes largeurs.

GUY DERIDET

En ce moment le prix de l’essence et du gazole augmentent à la pompe mais diminuent sur le marché international. Comment est ce possible ?

Pour une raison très simple, ce sont les taxes de l’Etat sur les carburants (TICPE+ TVA) qui ne cessent d’augmenter. En revanche si on regarde l’évolution du prix du pétrole depuis 1973, il a baissé, à l’exception de quelques pics pétroliers

Trois chiffres pour comprendre :

Prix du litre d’essence 95 sans plomb aujourd’hui : 1,50 € (j’arrondis)

Sur ces 1,50 €

60 centimes vont aux producteurs et distributeurs
90 centimes vont à l’Etat ! Soit 60% !
Source : Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP), un connaisseur. Voir la structuration exacte du prix de l'essence à la pompe sur le graphique à a fin de cet article.

Les taxes représentent 2,25 fois le prix du Brent, c'est à dire du pétrole brut. Et cela va encore augmenter tous les ans, au moins jusqu'à la fin du quinquennat ! Voir le simulateur du P.S

Argument de l’Etat : cette augmentation est destinée à financer la transition écologique.

Faux et archi faux : sur 5 euros prélevés par cette taxe, 1 euro va effectivement à la transition écologique, 4 euros sont intégrés dans le budget général. Cf: budget de l’Etat 2018.

Un représentant d’une association vient de déclarer à France Info qu’il lui avait été dit chez le premier ministre que cette augmentation des taxes servait en fait à compenser la suppression de la taxe d’habitation !

Démenti formel de Matignon, qui hurle à la fake news.

Mais ce matin, comme par hasard, sur sa page Facebook, Edouard Philippe révèle que les attentats antisémites ont augmenté de 70%.

Quel rapport ? Aucun, je vous l’accorde mais on retrouve là la méthode chère à Macron : quand il y a le feu quelque part, allumons un autre feu, de préférence bien violent, ailleurs. Un clou chasse l’autre dit on chez les français de base. Attiser les haines raciales, surtout celle là, pour faire oublier les problèmes que pose le prix final des carburants pour les français, c’est franchement ignoble.

Episode amusant, dans cette triste histoire : l’ineffable Bruno Le Maire avait convoqué tous les responsables des produits pétroliers pour les tancer d’importance et sommer de répercuter plus rapidement la baisse des cours mondiaux du pétrole. A l’issue de cette réunion et au micro de France Info Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières, a aimablement déclaré :

1/ Que les baisses de prix étaient rapidement répercutés par les pétroliers, mais pas toujours par les distributeurs. Ce qui n’étonnera personne.

2/ Que sur les 1.50 € du prix de l’essence à la pompe, 60 centimes revient aux pétroliers et… 90 centimes à l’Etat. C’est beaucoup plus surprenant.

3/ Que, contrairement à ce qu’affirme Le Maire les prix mondiaux du pétrole ne vont pas baisser, mais augmenter dans les prochaines années, et que compte tenu de l'évolution de la conjoncture politique et économique (blocus de l’Iran) et de l’augmentation des taxes françaises sur les carburants, le cap des 2 euros le litre est pour bientôt !

4/ Il a confirmé également que la taxe sur les produits pétroliers est, de plus, elle même taxée par la TVA à 20% ! Autrement dit, l’Etat se permet de taxer une taxe. Ben voyons !

Encore une fois, Le Maire aurait mieux fait de se taire sur ce sujet, compte tenu de la réalité des faits. La France a encore aimablement précisé le patron des pétroliers est le pays d’Europe qui taxe le plus les produits pétroliers. Elles rapportent plus de 43 milliards d’euros par an ! Et cela va augmenter sensiblement dans les 3 années qui viennent. Voir à cet égard le simulateur du P.S, très parlant.

Où va la taxe sur les produits pétrolier ?

La réponse est : beaucoup dans le budget de l’Etat et un peu dans celui des collectivités locales, et cela n’a pas varié d'un iota cette année. Je cite France Info :

“Sur les 34,8 milliards d'euros que devraient rapporter la TICPE l'an prochain, seulement 7,2 milliards iront directement à la transition énergétique, chiffre qui ne bouge pas ou presque sur un an, d'après les calculs du rapporteur général du Budget au Sénat. C’est à dire, ce que je disais précédemment, 20% seulement, soit 1 euro sur 5 !

Le reste ira aux collectivités locales et surtout dans le budget général de l'État, qui capte d'ailleurs l'essentiel de l'augmentation sur un an. Sans qu'on puisse d'ailleurs savoir à quel niveau ces rentrées d'argent iront in fine ou non vers l'écologie en général. C'est ce qu'on appelle dans le budget le principe de non affectation d'une recette à une dépense déterminée.”

Pour donner une idée des proportions : le budget 2019 du Ministère de la Transition écologique sera d’environ 650 millions ! Pour fonctionner, avec les charges de personnel et les dépenses de fonctionnement, ce qui veut dire qu’il ne restera pas grand de choses pour financer véritablement la transition écologique.

A comparer aux 40 milliards que rapportent les taxes sur les produits pétroliers.

Ou au 40 milliards que l’Etat va verser aux entreprises au titre de la transformation du CICE (un cadeau de 20 milliards d’euros tous les ans que les entreprises doivent à une certain Macron, lorqu’il il était ministre des finances.

Au final, on assiste, une fois de plus à un grand foutage de gueule de Macron, le grand spécialiste du bonneteau appliqué à la comptabilité publique.

Si au moins ces 40 milliards que les français vont financer cette année en faisant le plein de leur véhicule ou de leur chaudière à fioul (ce sera encore plus tous les ans jusqu’à la fin du mandat de Macron) servaient véritablement à la transition écologique, on ferait toujours la gueule, mais on comprendrait que les temps ont changé.

Mais il n’en est rien ! Macron se sert du prétexte écologique pour financer les cadeaux qu’il a fait aux riches (4 milliards de suppression de l’ISF, entre autres cadeaux) et aux entreprises : 20 milliards par an, et 40 milliards cette année (en raison de la transformation de la CICE en diminution des charges pour les entreprises) au titre de la CiCE.

Ce faisant, l’homme du “Make our planet great again”, le “ Champion de la terre” ne fait toujours rien pour l’écologie. Pire, il pille les produits d’une taxe soi-disant destinée à faciliter la transition écologique, pour équilibrer le budget de l’Etat. Parallèlement, il fait des économies de bout de chandelle sur les dépenses “sociales” de l’Etat (logement, contrats aidés, entre autres).

Il continue donc, jour après jour, de taper dans le pouvoir d’achat des français de base, tout en choyant les plus riches et en tentant, en même temps de nous faire croire que c’est pour le bien de la planète.

A côté de lui, Sarkozy c’était l’abbé Pierre !

Sources :

Simulateur de perte du pouvoir d’achat
J’ai fait l’expérience avec :
2000 l par an de sans plomb 95 (un plein de 40 l par semaine)
2500 l de fioul (consommation manuelle moyenne d’un couple avec deux enfants.

Le total de la perte du pouvoir d’achat, d’ici à 2022, s’élève à près de 2000 euros (!)

Interview du président de l'Union française des industries pétrolières

L'association de défense des consommateurs révèle ce que Matignon lui a dit lors d'une réunion, en septembre

Déclaration de premier ministre sur l’augmentation des actes antisémites

Les carburants sont ils plus chers qu’il y a 40 ans ?

Explosion des taxes sur les carburants

Les prix de l’essence en Europe


P.S

En Espagne où je réside maintenant, je paie le gazole : 1,21 au lieu de plus de 1,50 en France. Je fais quasiment le plein de ma Clio 4 dCI ((un an d’âge, achetée à crédit chez Renault Espagne (c'est la première que je peux acheter un véhicule à crédit à l'étranger)) avec 50 euros.







Prix des carburants, ou comment, encore une fois Macron se fiche de nous dans les grandes largeurs.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Guy DERIDET, Rock Bay, 29691 Manilva, Andalousie